Le costume féminin au Guatemala

costume blog

Lors de mon voyage au Guatemala, j’ai été éblouie par les couleurs, les motifs, les styles des costumes des femmes des différentes ethnies mayas !

Ces habits traditionnels sont toujours très utilisés au quotidien.

En effet, de nos jours, c’est à travers le costume féminin que se perpétuent les traditions vestimentaires, les hommes préférant porter les vêtements de type européen, souvent moins chers.

L’habit traditionnel des femmes mayas constitue un véritable moyen d’expression.
Au-delà de la dimension ethnique, les vêtements mayas incarnent de multiples significations de caractères culturel, social, économique et politique.

Découvrons les différentes pièces qui constituent ce costume, véritable moyen d’expression des femmes mayas.

Huipil

Le Huipil :

C’est la pièce maitresse du costume féminin. Le huipil est une pièce textile d’origine préhispanique de forme carrée ou rectangulaire. Il s’agit d’une blouse utilisée par les femmes mayas pour se couvrir le torse.

Il est composé de deux ou trois lés brochés ou brodés de motifs assemblés et réunis entre eux par une couture verticale. Si l’on découd les coutures latérales, les parties brochées recouvrant les épaules, la poitrine et le dos, forment un motif en forme de croix. Dans l’étoffe pliée en deux, on pratique une ouverture dans la partie centrale afin de former l’encolure.

Certains huipils ne sont pas cousus sur les côtés et sont portés tels quels sur une blouse ou une jupe avec une ceinture.

Il existe plusieurs types de huipils : ceux à usage quotidien (huipil de cocina) et les huipils cérémoniels généralement réalisés dans des matériaux nobles. À partir d’un huipil, vous pouvez reconnaître l’origine de la communauté et il diffère d’un village à l’autre. Le huipil est un symbole d’identité extrêmement fort.

corte

Le Corte 

Le corte est une jupe confectionnée dans une pièce de tissu réalisée généralement sur un métier droit à pédales. Il mesure entre trois et cinq mètres de large. Les extrémités, réunies entre elles par une couture brodée plus ou moins large, forment un vaste tube dans lequel s’introduit la femme pour se draper. Les motifs des jupes sont moins variés que ceux des huipils. On retrouve un même modèle porté par les habitantes de différents villages.

photo ceinture Chichi

La ceinture :

Au Guatemala, les ceintures de certains villages sont aussi travaillées que les huipils. Elles permettent aux femmes de tenir leurs jupes. Tissée au métier à tisser traditionnel ou mécanique, la ceinture varie en largeur, couleur, forme et technique décorative. A Chichicastenango par exemple, elles sont brodées de motifs floraux à profusion !

ponpons Nebaj

La coiffure  :

Les coiffures complètent le costume traditionnel et servent de marqueur identitaire. Elles ne sont pas portées par toutes les communautés. Tout comme la jupe, cet élément peut être propre à un village ou commun à plusieurs. A Santiago de Atitlán, les femmes Tzutujils enroulent autour de leur tête une très longue et fine ceinture sur un fond de liane rouge afin de former une auréole sur la tête. A Nebaj, les femmes composent de superbes coiffures enroulant avec leurs cheveux de somptueux tissages brochés de fils multicolores, terminés avec de gros pompons disposés de part et d’autre de leur tête.

rebozo 2

Le Tzute ou le Rebozo :

C’est une sorte de long châle utilisé comme fourre-tout, idéal pour transporter tout type d’objets mais pas que… En effet, une des fonctions principales du rebozo est le transport des bébés ! Je garde en mémoire les images de ces jeunes enfants endormis dans ces châles colorés, bercés au rythme des pas de leur mère (ou grande sœur) faisant les courses ou accomplissant les tâches de la vie quotidienne.

J’espère que vous avez aimé cet article et que vous comprenez mieux l’importance du costume traditionnel chez les femmes mayas.

Le costume est un important symbole d’identité ethnique et l’expression d’une sororité régionale !

Pour en savoir plus sur les différents costumes par région, vous trouverez une multitude d’informations ici : https://www.projet-patch.com/projet-suivre-le-fil/

Pour cet article, je me suis inspirée du magnifique livre « Textiles Mayas, la trame d’un peuple » de Danielle Dupiech-Cavaleri. En vente ici : https://www.abebooks.fr/rechercher-livre/titre/textiles-mayas-la-trame-d%27un-peuple/

Je tiens à remercier chaleureusement Marie Caprini pour sa relecture et son œil de lynx !

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
01_Secure Paiement 100% sécurisé
Commandez en toute sécurité
02_Delivery Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

04_Satisfait Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,